Quel vin chambrer ?

Stockage du vin

Quel vin chambrer ?

Sur la base des résultats d’une étude que nous avons menée en 2007, nous avons apporté quelques ajustements à nos recommandations de vin. Nous avons notamment baissé la température recommandée des vins rouges de 3°C, et diminué l’alcool global de 1,5%.

Nous savons qu’il y a des gens qui aiment leur vin trop froid, mais qui préfèrent que leurs vins se situent dans la fourchette moyenne des 20°. Nos nouvelles recommandations sont donc les suivantes :

Boire des rouges entre 15° et 18° (ou équivalent)

Boire des blancs entre 14° et 21° (ou équivalent)

La dernière règle n’est pas recommandée pour le Chardonnay ou le Pinot Noir. (Oh cher.)

2. Qu’est-ce que le « Chambrage »

De nos jours, beaucoup de gens connaissent le terme « chambrage » mais ne savent pas ce que cela signifie. Par exemple, une bouteille de vin récemment ouverte peut rester dans le réfrigérateur à la maison jusqu’à ce que vous vouliez la boire. Mais pour ce faire, vous devez d’abord laisser ce vin se réchauffer à température ambiante (18°). La raison en est double : premièrement, les tanins de ces vins sont très puissants : ils rendent le vin amer au goût, c’est pourquoi il faut ajouter du sucre ou d’autres édulcorants avant de le boire. Deuxièmement, si vous ne laissez pas suffisamment de temps aux tanins pour s’adoucir (c’est-à-dire « de chambre »), le vin continuera d’être amer.

Le chambrage est une étape très importante lors de la vinification. Par exemple, certaines personnes évitent les chanfreins parce qu’elles pensent qu’elles auront un goût désagréable lorsqu’elles boiront leur vin après avoir été au réfrigérateur pendant un certain temps en raison de l’oxydation des molécules de tanin causée par la pollution de l’air et/ou l’exposition aux produits chimiques (je crois fermement qu’il y a pas de mauvais tanins oxydés !).

La leçon ici est la suivante : si vous voulez que votre vin ait bon goût lorsqu’il est refroidi et qu’il n’y ait pas d’effets secondaires désagréables par la suite, vous ne devez pas utiliser de chambrage ; cependant, si votre objectif est simplement d’améliorer sa qualité en ajoutant quelque chose de sucré (par exemple, du miel), cela peut en valoir la peine…

3. Le « chambrage » d’un vin rouge est-il une légende urbaine ?

Je lisais sur le vin pour la première fois de ma vie quand j’avais environ neuf ans. Un professeur d’anglais nous a recommandé d’apprendre le vin parce que c’était « cool ». L’idée me parut étrange : pourquoi se souciait-il tant du vin ? Pourquoi devrais-je apprendre quelque chose qui coûtera un centime à l’âge de 30 ans ?

Et puis, de l’intérieur de la bouteille, tout d’un coup, le monde s’est ouvert devant moi. Le vin avait des noms, des histoires et des histoires. Il m’a parlé de ceux qui l’avaient fait et de ceux qui le faisaient. Il m’a dit d’où il venait, comment en prendre soin et quoi faire s’il commençait à avoir un goût bizarre ou une drôle d’odeur ou une sensation bizarre dans ma bouche.

J’ai acheté tous les livres qu’il y avait sur le sujet, j’ai rédigé une longue liste de questions que je voulais poser (devrais-je acheter ce vin ou essayer celui-ci ?), Je me suis mis en haleine et j’ai commandé ce dernier juste pour essayer quelque chose de différent : un Napa Valley Cabernet Sauvignon (qui s’est avéré être un très bon choix).

Le chambrage est quelque chose d’absolument essentiel si vous voulez que vos vins vieillissent bien – mais aussi quelque chose qui peut être fait sans trop s’accrocher à des réglages de température spécifiques (bien que, comme mentionné ci-dessus, certaines personnes préfèrent les vins frais aux autres).

4. Exemples de la méthode de chambrage

La méthode de « chambrage » est probablement la plus ancienne méthode de vinification. Il est utilisé depuis au moins 2000 ans. Une méthode de fermentation inventée par un moine, l’écrivain romain Pline, pour produire une boisson alcoolisée appelée vin ordinaire, a été développée comme moyen de contrôler la teneur en alcool. Le vin de chambrage (« chambering ») est un moyen simple mais efficace de faire ressortir toutes les saveurs et les arômes des rouges et des blancs sans ajouter de sucre ou d’alcool.

La procédure consiste à placer un récipient en verre pouvant contenir environ 0,5 litre (0,06 gal US) de vin rouge dans le réfrigérateur pendant la nuit, puis à le verser dans un autre récipient pouvant contenir environ 1 litre (0,08 gal US). Cela permet aux vins de se refroidir davantage avant d’être transférés dans le deuxième conteneur où ils pourront refroidir davantage à température ambiante avant d’être transférés dans leurs conteneurs d’origine. Une fois revenus à température ambiante, ils peuvent être bouchés et stockés dans leur contenant d’origine jusqu’à un an avant d’être rebouchés.

club-oenopion